Regard sur le travail à distance en période de confinement

Regard sur le travail à distance en période de confinement

Business

Alors que le monde entier se confine petit à petit, l’activité s’organise pour pouvoir continuer malgré tout. Lorsque c’est possible, pour beaucoup d’entre nous, le travail se fait à distance, en télétravail.

Le télétravail est une découverte pour beaucoup, mais c'est une pratique bien ancrée dans la culture de ma société, ProcessOne. Le développement de logiciels libres se fait essentiellement à distance. Chacun participe ou contribue à un logiciel qui l’intéresse via des plates-formes collaboratives sur Internet. Je suis contributeur open source depuis 1995, c'est donc un mode de collaboration que je connais bien.

ProcessOne s’est structurée autour du projet Open Source ejabberd et donc il a été logique que notre activité commence en télétravail. Lorsque l’activité s'est développée, nous avons rassemblé une partie de nos effectifs dans un bureau à Paris, mais une fraction de notre société est toujours en télétravail, soit total, soit partiel.

Sur les réseaux sociaux et dans la presse, il est courant de décrire la situation actuelle comme une expérimentation à large échelle du télétravail. Pourtant, même pour des personnes rodées au télétravail, notre expérience de confinement est inédite et finalement peu représentative de ce qu’est le télétravail au quotidien.

Télétravailler, ce n'est pas rester chez soi. J’ai déjà travaillé dans des espaces de coworking, dans des cafés, chez des amis ou à l’hotel en voyage. Le télétravail est souvent associé à un côté nomade qu’il n'est pas possible de retrouver en période de confinement.

Le télétravail n'est pas non plus nécessairement l’unique mode de collaboration. Bien souvent le télétravail est partiel, à raison de quelques jours par semaine. Le lien est conservé en rencontrant ses collègues régulièrement. Travailler, se coordonner avec des personnes que l’on ne côtoie jamais est difficile. Sans cette capacité à recréer une connexion humaine, à échanger des émotions, au-delà des communications purement utilitaires, le lien se distant petit à petit. C'est l'interaction entre les membres d'une équipe qui donne une bonne partie du sens à nos métiers, quels qu'ils soient.

Et puis le télétravail s’organise généralement, au moins partiellement, autour de la vie de famille. Les deux domaines sont généralement bien distincts. Dans notre situation, tout est entremêlé. Les enfants ne peuvent pas aller à l’école. Ils sont présents, doivent jouer, se dépenser, mais doivent aussi être rassurés. Les conjoints sont eux aussi contraints de télétravailler au même moment. L’espace à disposition n’est pas toujours suffisant pour permettre à tous de travailler ensemble, en même temps. Le travail et la vie personnelle se mélangent en ce moment pour ne former qu’un.

Et finalement, il manque l’essentiel pour se concentrer et avancer. La sérénité et la disponibilité d’esprit nous manquent. Nous avons toujours une partie de notre cerveau qui s’inquiète pour notre famille, nos amis. Il y a les informations qui nous soumettent à un stress permanent et nous obligent à nous réadapter sans cesse aux nouvelles instructions. Nous devons aussi organiser la logistique, gérer les stocks de nourriture et planifier les sorties pour se réapprovisionner.

Alors, pour les travailleurs confinés, forcés à télétravailler par nécessité, il est normale d'éprouver de la difficulté sur la durée. Le télétravail repose sur une forme de souplesse dans l’organisation et sur un ratio entre collaboration présentielle et travail à distance qui dépend de chaque métier, de chaque équipe et même de chaque personne. Souplesse et disponibilité d’esprit nous font défaut aujourd'hui.

Oubliez les banques d'images dans lequel le télétravail ressemble à un ordinateur posé sur une table vide dans des bureaux magnifiques. Le télétravail aujourd'hui en réalité ressemble plutôt à ça:

Correspondant de la BBC interrompu en direct par ses enfants (il y a quelques années)

Voici les trois conseils les plus importants pour organiser la vie en télétravail forcé dans votre équipe:

  • Communiquer, communiquer tout le temps. Parler avec chacun. Dans cette situation inédite, l'humain est la valeur la plus importante. N'ayez pas peur d'en faire trop.
  • La vidéoconférence permet de maintenir un lien. N’hésitez pas à en organiser, même parfois juste pour échanger, discuter à baton rompu de tout et de rien. Nous avons en ce moment un temps de conférence ouvert après le déjeuner pour le café. S'y joint qui le souhaite. Voir les visages de ses collègues rassurent. Pouvoir échanger même à distance est une bouffée d’air frais.
  • Restez souple sur l’organisation du temps. Chacun a mille choses, pro et perso à gérer. Faites confiance: tout le monde fait au mieux compte tenu de la situation.

Surtout, ne culpabilisez pas si vous n’êtes pas productif comme vous avez l’habitude de l’être. La situation est exceptionnelle et le simple fait de faire de son mieux, de permettre à notre Société de continuer à fonctionner et à avancer, même plus lentement, est déjà une grande victoire à savourer.