Il suffira d'un signe – Le Flow #145
Membres

Il suffira d'un signe – Le Flow #145

Newsletter

Où je vous parle d’écriture et de narration, de Jean-Jacques Goldman et de Manuel-Lin Miranda.


Hello les amies,

J’espère que la fin d’année vous a été agréable et que je ne vous ai pas trop manqué. Pour ma part, je suis heureux de vous retrouver.

Qu’on le veuille ou non, qu’on le regrette ou pas, il y a toujours un parfum de renouveau en janvier. Je ne vous parle pas des résolutions, j’ai arrêté d’en prendre il y a bien longtemps. Non, il s’agit plutôt d’un mécanisme psychologique simple qui s’impose à nous quand un compteur revient à zéro. C’est un peu comme ces vieux chronomètres dont on dépasse la capacité. Quand on franchit une limite, ledit compteur repart au début, à zéro. Rien ne change et pourtant notre vision du monde bascule, comme lorsqu’on regarde une horloge arrêtée. La vie est faite de cycles. Le premier janvier, on repart pour un tour. On ne fait pas le vide du passé, il est toujours là, il nous suit, nous hante parfois, nous accompagne et nous rend fort aussi, mais l’année qui vient est vierge et encore à écrire.