Révolutions – Le Flow #147

Révolutions – Le Flow #147

Newsletter

Où je vous parle de trajectoires, de révolutions et d’arcs narratifs, d’Elbicho et de la Quête de l’Humain.


Il est un équilibre des forces, une balance des énergies dans l’univers qui fait tourner le monde.

Pour comprendre les lois qui régissent cet univers, il faut voir les cycles dans leur intégralité, leur révolution complète. Certains cycles se répètent fréquemment et en deviennent manifestes. Chaque jour la terre tourne sur son axe, en 29 jours et quelques, la lune tourne autour de la terre, en 365 jours et des poussières, la terre effectue sa rotation autour du soleil.

Et puis il y a les tendances souterraines, invisibles parce qu’elles sont trop subtiles, trop éloignées ou trop longues par rapport à notre échelle humaine. Des mouvements, dont nous ne voyons ni le début ni la fin, échappent à notre appréhension. Pauvres mortels, nous n’avons qu’une compréhension partielle du monde qui nous entoure.

Écrire une histoire, c’est jouer à Dieu, créer un univers pour les personnages, les faire mener une vie rythmée par les évidences de leur environnement, mais soumise à des forces invisibles qui les dépassent.

Écrire une histoire c’est plonger les personnages dans un magma d’informations partiels, dans un monde de certitudes dilué dans un océan d’inconnues.

Écrire une histoire c’est comprendre la trajectoire des personnages. Certains sont comme des planètes sur leurs orbites que l’on observe effectuer leur révolution, d’autres sont plutôt des météorites, avec leur dynamique propre, leur trajectoire incertaine et leur capacité à transformer le monde si elles entrent en collision avec un autre objet. Leur destination devient la destinée d’un clan.

Écrire une histoire, c’est jouer les metteurs en scène dans un ballet de corps célestes en mouvement, comprendre la place de chacun dans l’équilibre du monde, dans la dynamique d’ensemble.

Cette dynamique peut varier pendant l’écriture, mais l’énergie de départ, la trajectoire initiale donne le ton du récit. C’est pour cela qu’elle est nécessaire. Ce n’est pas pour rien que l’on parle d’arcs narratifs des personnages dans le jargon des scénaristes.

Tout ça pour vous dire quoi ?

Qu’une histoire nécessite de connaitre les lignes de force avant de pouvoir en imaginer les détails au fil de l’eau, que cette étape est nécessaire si l’on a comme contrainte de faire un jet continu sans se prendre une gamelle au milieu ... et que je ne suis pas encore prêt cette semaine à me lancer dans l’écriture épisodique. ll me reste encore quelques inconnues sur la dynamique, la trajectoire de certains personnages. Malgré tout, je suis content de la tournure que cela prend, car pour la première fois la vibration globale semble correct, la mélodie sonne juste, les forces s’équilibrent plus harmonieusement, les fils semblent se démêler d’eux-mêmes.

Avant de me lancer, je m’assure une dernière fois que les personnages auront la trajectoire et l’énergie nécessaire pour, au bout du chemin, achever transformation et terminer leur révolution interne. En jargon pseudo-scénaristique, j’aiguise mes arcs (narratifs) pour décocher mes flèches dans le cœur des lecteurs.


La dose de Flow

Musique

Nous allons voyager aujourd’hui, au travers d’un morceau d’un groupe de Flamenco fusion, qui reprend les sonorités du Flamenco pour l’intégrer à des sonorités plus rock, jazz ou funk.

Voici Locura, un morceau du groupe espagnol Elbicho :

Elbicho – Locura

Et voici une version live de Locura qui changera peut-être votre vision sur la face « punk » du flamenco :

Locura en directo Madrid 15/12/2018

Inspiration

Je vous propose la Quête de l’Humain, un court métrage d’animation étudiant, fait aux Gobelins, sans prétention, mais attachant et bien réalisé. Une mention spéciale pour la référence au Mordor, transformé en Morbihor, qui m’a fait rire. J’ai apprécié la Vannes, si je puis dire.

La Quête de l'Humain - Animation short film 2022 - Gobelins

À suivre

Est-ce que je viens, encore une fois, de refuser l’obstacle et que j’ai un peu la trouille de me jeter à l’eau ? Peut-être !

Il va falloir me lancer ? Certainement !

Dès la semaine prochaine ? Je l’espère !

D’ici là, je vais continuer à affûter mes arcs. Je vous souhaite un merveilleux week-end !

— mikl 🙏