Membres

Animaux fantastiques – Le Flow #35

Newsletter

Où je parle d'animaux très méchants, du groupe Travis et d'Elizabeth Gilbert.


Alors, comment se passe votre week-end ?

Il commence pour moi sous le choc de l’actualité. Le choc aussi de voir un texte récent placé sous une lumière différente par une attaque terroriste. Aujourd’hui, si je ne l’avais pas déjà publiée, je l’aurais gardé dans un tiroir de peur qu’il soit mal interprété.

Cela ne m’empêche pas de continuer à parler de fantastique. Voici un petit texte que j’avais écrit pour un atelier d’écriture, sur le thème des animaux très méchants. Le but était de se placer dans la tradition des films ou la force antagoniste est un animal qui s’attaque à l’homme, comme Les oiseauxd’Alfred Hitchcock ou Les dents de la mer de Steven Spielberg.

Voici donc mon texte « animalier », qui va vous emmener dans le Pacifique.


L’expédition scientifique était venue dans les Galápagos pour étudier la faune. De son point de vue de naturaliste, Horace ne regrettait en rien le déplacement. Sur terre comme en mer, la diversité y était encore exceptionnelle. Face à une telle beauté, il aurait été facile d’oublier l’objet du voyage : recenser l’ensemble des tortues géantes qui vivaient encore sur chacune des iles de l’archipel.

Après un tour exhaustif, l’équipe de chercheurs devait visiter une dernière ile baptisée Niña. Elle ne faisait pas vraiment partie de l’archipel. Les chances d’y trouver des tortues étaient bien minces.

Le voyage fut plus morose, car il touchait à sa fin d’abord, mais aussi, car ils sortaient de la zone protégée. La violence du monde se ressentait déjà. À mesure qu’ils s’approchaient de leur dernière étape, la faune marine se raréfiait. Dauphins, poissons volants, barracudas leur avaient faussé compagnie.