Camille Leboulanger

« Plus ça va, plus j’apprends à me faire confiance »
Camille Leboulanger
Plus ça va, plus j’apprends à me faire confiance. C’est-à-dire que quand j’écris un truc, je me dis parfois « Je ne sais pas bien pourquoi je suis en train de parler de ça, mais ça me parais bien là ».

Camille Leboulanger est auteur, avec quatre livres publiés sur une dizaine d’années.

Dans cet épisode, Camille aborde la façon dont il a appris à développer son intuition d’auteur, en se détachant des recettes communément admises. Cette liberté en fait un auteur à part, en dehors des codes des genres qu’il aborde.

Camille nous parle notamment :

  • de ses débuts dans l’écriture ;
  • de son premier roman, « Enfin la nuit » ;
  • de « Bertram Le Baladin » et « Malboire » ;
  • de son dernier roman, « Ru » ;
  • de ses influences de Stephen King à Jean Echenoz en passant par Cormac McCarthy ;
  • de son rapport lointain aux genres ;
  • de la naissance des idées et la construction des histoires ;
  • de se double vie entre écriture et enseignement du français ;
  • des revenus des auteurs ;
  • de ses modèles, notamment Kim Stanley Robinson, Émile Zola, Ursula Le Guin et Marguerite Yourcenar ;
  • de son prochain roman « Le chien du forgeron » ;
  • de la place de la technique littéraire dans la création et de la façon dont il a appris à se faire confiance ;
  • des conseils d’écriture de Stephen King, mais aussi des livres de Joseph Cambell et Robert McKee ;
  • et d’Iron Maiden.

Ses liens principaux :

Le podcast Double Vie est animé par Mickaël Rémond, entrepreneur et auteur. En menant cette double vie, il a décidé de rencontrer et d’interviewer celles et ceux qui, comme lui, réinventent le monde grâce à la fiction.


Crédits :
• Illustrations : Pauline Pourcelot